Mercredi 6 décembre, jour de la St-Nicolas, la France grelotte. Et se met à pleurer car dans la nuit froide Johnny Hallyday s'en est allé au royaume étoilé, vaincu par cette saloperie de cancer.  Triste matinée où je me remémore ma jeunesse bercée par les chansons de l'idole des jeunes. C'était l'époque de Salut les Copains, je me vois encore à Belmont un transistor à la main en train d'écouter l'émission de radio SLC, flanqué de ma cousine et de mes potes. En ce temps là les artistes sortaient de nombreuses chansons dans une même année et c'est au début des années 60 que Johnny entama sa marche triomphale. Il était le symbole d'une nouvelle génération, il amenait le rock en France, le célébrait, le chantait, comme par exemple sur l'album "Les rocks les plus terribles". C'était nouveau, plein d'énergie avec les guitares électriques et cette voix puissante qui faisait dire aux anciens, paniqués : "il crie, il gueule, il se roule par terre". C'est sûr, on était à mille lieues des Georges Guétary et autres Charles Trenet qui alors envahissaient les ondes. Devant résister à ses débuts à de nombreuses critiques, Johnny calmera le jeu avec "Retiens la nuit" et "L'idole des jeunes", deux chansons plus douces. Et ma mère de dire : "ah ben là, quand il ne crie pas, ça va".

1  2

3  4

De chanson en chanson, de "Laisse les filles" à "De l'amour" Johnny finira par convaincre de plus en plus de monde jusqu'à rassembler plusieurs générations lors de ses concerts dans les vingt dernières années de son existence. Et c'est justement en live qu'il se transcendait, véritable bête de scène, vivant ses chansons, communiant avec le public à qui il laissait le soin d'entonner en choeur le refrain de "Que je t'aime", cette sublime chanson d'amour jugée pourtant choquante à sa sortie. Eh oui ! Faut remettre les choses dans leur contexte. En 1969, bien des gens n'apprécièrent pas les paroles jugées trop chaudes de ce tube immense. A mes yeux c'est pourtant cette année là et les suivantes que Johnny aura été le plus rock dans l'esprit et dans l'attitude. Après les extraordinaires "Voyage au pays des vivants" et "Je suis né dans la rue", l'album "Flagrant délit", contestaire et résolument rock me fit chavirer de bonheur. Les paroles me convenaient, je m'identifiais, j'avais 18 ans, les cheveux longs, des pantalons à pattes d'éléphant et toute la vie devant moi.

johnny-hippie 

Bien sûr, Johnny enregistrera par après d'autres albums enthousiasmants riches de merveilles telles que "La musique que j'aime", "La fille de l'été dernier", "Dégage", "Joue pas de rock n'roll pour moi" ou "Gabrielle". C'est durant cette période là que je le vis sur scène pour la première fois à Argelès durant l'été 1975. Une heure de retard, une heure de chant, pas de rappel, salut, à la prochaine. Si j'étais content du show, je fus déçu par ce foutage de gueule. Et c'est Nathalie Baye qui le pria d'être moins insouciant et de commencer ses concerts à l'heure prévue. Quand je le revis en 1984, il arriva pile à l'heure et donna un concert absolument fabuleux de plus de deux heures. 

5  6

De toutes façons on aime tant Johnny qu'on lui aura tout pardonné : ses frasques, ses bagarres, ses amours cachées, ses excès, ses mondes artificiels, ses folies. Puis faut bien dire qu'avant Internet, on n'était pas très au courant des potins. On avait ses chansons, point barre. C'était l'essentiel. Que ce soit au temps du vinyle ou à l'époque des CD, il m'a toujours accompagné, m'a toujours apporté beaucoup de plaisir. La sortie d'un nouveau 45 tours ou d'un nouvel album me rendait heureux. Il y a certes des fans encore plus fous que moi mais qu'est-ce que je l'ai aimé ! Et d'emmener ma fille Carole à son concert, en 1998 car elle tenait absolument à le voir en vrai. Elle fut époustouflée par le show et totalement sous le charme de ses beaux yeux clairs. Une fois encore il fut magistral, phénoménal et impérial durant les deux heures de show. 

7  8

Il aura donné des concerts gigantesques. Je citerai simplement son cinquantième anniversaire au Parc des Princes où il fendit la foule pour arriver sur scène. Impressionnant ! Il a marqué de ses tubes chaque décennie. Impossible de tous les nommer mais chacun correspond à une époque précise de ma vie et mon coeur se serre car à présent il n'est plus là. Il fut l'idole des jeunes et il est la dernière idole car il n'y aura plus jamais quelqu'un comme lui.

JH10