Le journal de Jipé

17 juin 2019

Retrouvailles entre anciens collègues

Depuis qu'Anne avait fêté son départ à la retraite en décembre 2016, je n'avais pas revu un seul de mes collègues. C'est que le temps s'effiloche, nous faisant passer à autre chose. Et puis chacun fait sa vie de son côté. Ca n'empêche pas de penser de temps à autre aux collègues avec qui on aura quand même passé des années ensemble à raison de huit heures par jour. Du coup, quand Anne m'envoya un texto pour m'inviter le samedi 15 au soir, j'ai apprécié. Elle précisait que Francesca serait là aussi. Thaly et moi sommes donc allés chez Anna et j'eus la chance de trouver une place sur le petit parking où je comptais me garer vu qu'à cet endroit c'est un véritable bordel avec les travaux du tram. Françoise ne savait pas que je viendrais et elle fut contente quand je suis arrivé. C'était réciproque. J'ai salué son mari, lequel s'appelle aussi Jean-Pierre et j'ai présenté ma douce petite femme. On a alors pris un petit apéro au salon.

48

72

41c

François, le mari d'Anna allait du salon à la cuisine où il nous concoctait une paella. Lui, c'est un parfait cuistot. Pendant ce temps, on causait de nos collègues. "T'as vu, X est décédé." Punaise, les nouvelles morbides mais c'est, hélas, le lot de la vie. Puis j'ai lancé deux-trois vannes sur mon ancienne cheftaine, celle qui me saoulait avec ses théories fumantes alors qu'elle n'avait jamais fait de sa vie les boulots que nous exécutions. Quand Françoise, alias Francesca, m'a annoncé que celle-ci occupait à présent un autre poste, ailleurs, j'ai lâché : "ben si j'avais su je serais resté encore un peu". Je déconnais et tout le monde a ri. Non, franchement, c'est trop bien d'être à la retraite. Anna nous pria de venir à la cuisine où nous nous sommes tous attablés. La paella était excellente mais quand François (lui aussi à la retraite depuis un an et demi) annonça qu'il avait mis du poulpe, ça coupa l'appétit à Thaly. Il n'mpêche qu'elle se marrait en douce en me moyant m'escrimer avec une langoustine dont j'avais bêtement les pattes en main sans trop savoir qu'en faire. Les fruits de mer et moi ça fait deux. François nous a raconté tous les travaux qu'il faisait chez ses enfants puis on a causé musique pendant un petit quart d'heure. François nous a confié avoir sympathisé avec le chanteur Arno qu'il va voir en concert chaque fois qu'il passe dans le secteur. Et Anne de grommeler : "on comprend même pas ce qu'il chante !" Dans la foulée elle nous pria de revenir au salon pour le dessert. Une bonne tranche de vacherin que François dégusta assis sur un haut tabouret. Il nous dit alors que celui-ci venait du Japon. Et de nous en montrer un autre, plus petit, posé au pied de l'escalier menant aux chambres. J'ai lancé : "ah c'est pour Mimie Mathy quand elle vient vous voir". Puis j'ai dit combien celle-ci touchait pour un épisode de "Joséphine ange gardien". Françoise demanda où j'avais lu ça. J'ai répondu du tac au tac : "dans Salut les copains". Thaly avait pris dans ses mains le petit ours en peluche posé à côté d'elle sur le canapé. L'ambiance était sympathique, on buvait tranquillement notre café. Tandis que François évoquait l'ananas bio en provenance du Costa Rica, j'ai remarqué que les paupières d'Anna s'abaissaient. Elle me semblait fatiguée. D'ailleurs Francesca demanda en douce à son mari : "il est quelle heure ?" Il lui annonça qu'il était presque 23 heures. Bien calé dans un fauteuil, il avait peu parlé durant la soirée, Un quart d'heure plus tard on s'en allait sous une légère averse après avoir vivement remercié nos hôtes. Thaly et moi marchions en rentrant la tête dans les épaules... comme si ça allait nous aider à échapper aux gouttes de pluie. En même temps on regardait où on mettait les pieds. Fallait faire gaffe entre les barrières du chantier, le sol étant inégal. Jean-Pierre marchait cent mètres devant. Francesca suivait à vingt mètres. Elle stoppa, on se fit quatre bises et elle me répéta combien ça lui avait fait plaisir de me revoir. Et moi donc ! Elle a toujours été une super collègue et j'étais content qu'elle soit elle aussi invitée.

60

Posté par daddyrock à 17:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


10 juin 2019

Que du bonheur !

Après la tapisserie, David et Carole s'étaient appliqués à poser du parquet partout dans leur nouveau repaire. Aussi Carole tenait-elle à montrer l'appartement une fois les travaux terminés à Thaly mais aussi à ma mère. Et comme celle-ci fêtait son 85è anniversaire, ça tombait pile-poil. Quand Carole a montré la chambre des petits, j'ai tenu à faire des photos de la City. "Mais c'est quoi la city ?" me demanda Thaly. J'ai alors expliqué que sur deux des quatre murs ma fille avait souhaité mettre une tapisserie avec des graffitis. Et comme elle ne fait pas les choses à moitié, elle en avait pris une avec raccords. Ca m'avait fait grimacer ; ça l'avait fait rire. Heureusement qu'elle était là pour m'aider car si j'avais du appliquer les lés seul je serais devenu dingue. Carole sait tapisser. Etant ado, elle regardait comment je faisais et petit à petit, je l'avais laissée encoller puis poser les bandes au mur. Afin d'ajuster correctement les lés, on avait du se baser sur le haut du T du mot City, d'où ce nom de "city" que je me plais tant à employer. Ca aura donné de chouettes photos.

17

13

16

Thaly était époustouflée par la grandeur de l'appart, notamment par l'ampleur du salon. Après la visite complète, nous avons pris l'apéro dans la bonne humeur et donné nos cadeaux à ma mère. Celle-ci était en forme, s'amusait avec Maxou qui lui montrait l'un de ses camions. David étant parti dès le matin dans les Vosges pour une compétition de sprint, j'ai demandé à Carole si elle voulait un coup de main. Elle répondit "non non" mais fut aidée par instants par Yoyo et le petit Maxime qui prend toujours plaisir à amener les assiettes pour les disposer à table. Après un bon repas vint le moment du dessert et comme Carole est en plein dans son examen de glacière (après celui de pâtissière et de chocolatière) elle avait concocté un vacherin et un nougat glacé. 

30c

26

30

Ma mère a soufflé ses bougies et comme l'une d'elles ne s'éteignait pas, Maxime l'a aidée à souffler. D'ordinaire peu branchée par les desserts, Thaly goûta et félicita ma fille. J'ai fait mon petit gourmand en prenant une part de chaque et ma maman m'imita. C'était effectivement excellent. Comme toujours ! Ce fut une bien belle après-midi qui s'effilocha tranquillement, marquée par le plaisir d'être ensemble, en famille. Que du bonheur une fois encore !  

0b

34

Posté par daddyrock à 13:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 mai 2019

C'est à la fête à ma maman

Ma mère ne souhaitant plus monter l'escalier menant à notre appart, on avait décidé de venir chez elle pour la Fête des Mères. "On s'occupe de tout" lui avait-on dit. Elle fut contente. Nathalie avait donc cuisiné at home, il n'y aurait plus ensuite qu'à réchauffer. Faisait chaud quand nous sommes arrivés. Ma mère avait partiellement descendu le volet à cause du soleil éblouissant. On a pris l'apéro en tchatchant comme des pipelettes et j'ai même chanté un couplet de "Schöne maid" de Tony Marshall, ce qui épata ma maman. Thaly souriait ; je lui ai déjà chanté ce tube allemand dont je connais les paroles par coeur depuis la folle époque des boums... Ce qui ne me rajeunit pas. 

3

1-77

Puis vint le moment de passer à table. Emincé de poulet et pommes Duchesse au menu. Je regardais ma maman du coin de l'oeil. Comparé à l'an passé, elle a repris des joues et elle est toute belle avec son chemisier blanc. Elle qui est d'une génération ancienne tient à porter des couleurs, histoire de faire la nique aux coups bas de la vie qui l'ont parfois ébranlée. Elle s'est toujours relevée, parfois péniblement, parfois plus aisément mais sans se plaindre, en restant digne et exemplaire. Je ne réalise pas toujours qu'elle ait encore pour moi les yeux de l'amour. Je suis resté son fiston, son bébé malgré le temps qui s'effiloche. Comme si son foutu cancer du sein et son opération de la hanche ne suffisaient pas, voila qu'elle a maintenant du psoriasis. C'est décidément sa fête ! "J'ai toujours envie de me gratter" confie-t-elle. Elle ira voir très prochainement un dermatologue et j'espère que celui-ci lui prescrira des crèmes ou des onguents efficaces d'emblée, histoire de la soulager. "Ta sauce est très bonne" dit-elle soudain à Nathalie. Celle-ci dit merci et sourit. En dessert, elle a pensé à prendre de la Schwartzwälder et ma mère apprécie. C'est son petit plaisir, ça ! Puis moi j'aime aussi. On se lève, on fait la vaisselle puis on rejoint ma mère sur la terrasse. Elle s'est assise. Nous savons bien qu'une fois qu'on sera partis, elle fera une sieste. Ce n'est toujours pas la forme olympique et ça ne le sera sans doute plus jamais. Elle qui fêtera bientôt ses 85 ans le sait aussi mais ne dit rien. Elle veut simplement savourer l'instant présent. Alors Thaly lui fait plein de gros bisous. Elle a un profond respect pour les personnes âgées et aime beaucoup ma mère. Du coup c'est "l'instant bisous" pour nous trois. Entre temps le soleil s'est laissé voiler par quelques nuages effrontés. Des gouttelettes de pluie arrivent. C'est fou ce que le temps peut vite changer ! On décide de partir. Ma mère nous remercie à plusieurs reprises. On dirait Megan. Quand elle recevait quelque chose, la fille de Thaly te disait trois-quatre fois merci. Une ribambelle de bisous plus tard, nous nous précipitons vers la voiture sous la pluie devenue drue. 

Posté par daddyrock à 12:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 mai 2019

Bilan de la saison 2018-19 du Racing

La saison 2018-2019 s'est achevée vendredi. C'était la seconde saison du Racing en Ligue 1 depuis sa remontée et il termine 11è avec 49 points. Cerise sur le gâteau : le voici déjà européen grâce à sa victoire en coupe de la Ligue le 30 mars. Et tout le monde de dire que c'est une année fabuleuse ! Je suis d'accord mais pas totalement. Eh oui, qui aime bien châtie bien.

0

Les points positifs

A l'heure du bilan, voici les points positifs. Outre le succès en coupe de la Ligue, le Racing a réalisé une magnifique première partie de championnat. Nos Bleus montèrent ainsi jusqu'à la cinquième place au classement. D'autre part le Racing est la seule équipe que le PSG n'a pas réussi à vaincre puisqu'à l'aller, à la Meinau, le score fut de 1 à 1 et au match retour de 2 à 2. Il y a aussi eu de belles victoires à l'extérieur comme à Bordeaux (0-2) ou à Nantes (0-1) et des claques phénoménales données à Rennes en novembre (1 à 4) et à Monaco en janvier (1-5). Il faut aussi, bien sûr, évoquer le formidable kop de la Meinau qui, quel que soit le score, chante de la première à la dernière minute et encourage les siens. D'ailleurs 18 des 19 matchs joués à Strasbourg l'ont été à guichets fermés, le club pouvant compter sur le formidable nombre d'abonnés : plus de 19 000. Seconde attaque du championnat en janvier, le Racing termine finalement à la 6è place à cause d'une deuxième moitié de championnat difficile.

0k

Le gros point négatif

Sixième attaque c'est très bien mais celle-ci fut nettement moins efficace ensuite. Et c'est là que j'en viens à ce qui fut, à mes yeux, le gros point négatif de la saison. Nos Bleus se sont mis à déjouer, à piétiner, n'affichant plus leur si beau football à partir du moment où ils se qualifièrent pour la finale de la Coupe de la Ligue. Même que sur les seize derniers matchs, ils n'ont obtenu que deux victoires. Est-ce dû à l'absence de Jonas Martin, blessé ? Possible, celui-ci étant un rouage essentiel de la mécanique strasbourgeoise. Je suis conscient qu'on ne peut être à fond sur toute une saison mais quand même... La seconde partie de championnat aura été plutôt tristounette. Ceci n'enlève rien à mon amour pour le Racing et j'espère que la saison prochaine apportera autant de bonheur que lors des premiers mois de la saison. 

1

Posté par daddyrock à 17:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2019

Un séjour médocain en solitaire pour Thaly

Thaly est allée seule dans le Médoc pour huit jours... qui se sont finalement prolongés. Récit de cette escapade passée auprès de sa fille et de ses proches.  

1-05

C'est quand un dénommé Tom a contacté Thaly que tout a commencé. Cet ami de Megan souhaitant faire un beau cadeau d'anniversaire à celle-ci, il estimait que faire venir sa maman serait une bonne surprise. Aussi proposa-t-il à ma belle de venir pour les 24 ans de Megan qui seraient fêtés avec une semaine de retard. Thaly sortirait d'un gros carton sous forme de paquet-cadeau. Il avait cette idée en tête et, ayant tout prévu, il a payé à ma belle les billets d'avion aller-retour. Si Thaly était emballée à l'idée de voir sa fille, elle n'en demeurait pas moins angoissée à l'idée de prendre seule l'avion. Comme elle hésitait, changeant d'avis au fil des jours, je l'ai encouragée à y aller. Le billet retour étant pour huit jours après son arrivée, elle aurait le temps de voir aussi ses parents et sa soeur Patricia, Corinne étant à ce moment là en Bretagne avec Eric. Vendredi 19 avril : ce fut le départ. Thaly redoutait d'avoir des vertiges ou de faire un malaise mais tout se sera finalement bien passé. Tom et sa mère sont venus la chercher à l'aéroport de Merignac. Dès lors le plan fomenté par le jeune homme se mettait en place. Thaly resta chez la maman de Tom jusqu'à ce que Megan s'en aille au travail à 17 heures. Peu après cette heure là, il amena bouffe et boissons chez Meg et installa les décos avec Thaly et deux copines. Il fit alors tester le carton-surprise à ma petite femme. C'était bon ! Les copains, au nombre d'une vingtaine, arrivèrent vers 21 heures. Peu avant 22 heures, heure de la débauche pour Meg, tous s'installèrent dans la chambre avec Patricia et Bertrand qui avaient tenu à être de la partie. La surprise fut immense pour Megan. Tous ses potes surgissant d'un seul coup, l'embrassant, riant avec elle. Et Tom d'insister pour qu'elle se décide à s'occuper du paquet-cadeau. Quand Thaly en sortit, Megges fondit en larmes. L'émotion s'invitait à la fête. Thaly pouvait serrer dans ses bras sa fille, laquelle hoquetait, secouée par des sanglots de joie. Tom avait prévu suffisamment de bouffe et de boissons et la fête, fort belle et agréable, dura jusqu'à 4 heures du matin. Seul regret : le forfait de dernière minute de Kevyn, le fiston. 

1-306

1-307

1-308

1-302

Le dimanche, Bertrand vint chercher ma douce femme afin qu'elle passe le dimanche de Pâques chez lui et Patricia. Ses parents étaient également invités et comme d'hab l'apéro s'éternisa, s'élastiqua et le brave Jaffou vint faire le mendiant chez Thaly, souhaitant avoir des Apéricube. Après ce bon repas ces messieurs ont joué à la belote puis Thaly a été embarquée par ses parents chez qui elle passerait la soirée et le lundi. Et sa mère de lui dire avant qu'elle ne retourne chez Meg : "tu ne pourrais pas rester un peu plus ? On aimerait encore te voir." Thaly me téléphona pour avoir mon avis. Ca me mit un coup de blues mais, bon prince, je finis par dire : "ben oui, si déjà t'es dans le Médoc, profites-en." Pendant ce temps là j'étais occupé dans le nouvel appart de David et Carole, tapissant toutes les pièces et le long couloir avec ma fille. Meg demanda donc à Tom, véritable magicien, de s'arranger pour changer le billet retour. Ce qui fut fait. Au lieu de rentrer le 25 avril, Thaly rentrerait le 2 mai. Le soir, une fois son boulot fini, Megan partait avec son chéri Nicolas et d'autres potes se faire un Mc Do, un bowling ou une virée à Bordeaux-Lac. Thaly restait devant la télé avec les deux chats de la maison, Juliette et Bobby. 

0b

1-304

1-305

Le week-end suivant, elle fut invitée par Carole Dehri, l'une de ses amies de jeunesse, laquelle allait réunir toute la famille autour d'un bon repas le dimanche. Ce fut un bon moment pour ma petite femme. Comme elle causait coiffure, l'une des jeunes femmes présentes, apprentie-coiffeuse, lui proposa de lui faire un dégradé. Toute contente, Thaly accepta, oubliant que coiffeurs et coiffeuses aiment couper. C'est ainsi qu'elle se retrouva avec trente cm de ses longs cheveux coupés. Des années passées à les laisser pousser pour, en quelques coups de ciseaux, se retrouver avec certes un dégradé mais aussi une plus courte chevelure. Elle en pleura en douce et Carole, embarrassée, s'excusa plusieurs fois alors qu'elle n'en pouvait que pouic. Le moment sympa l'était nettement moins subitement. Arriva le mardi aprème. Megan était en train de tchatcher avec Thaly quand Tom l'appela. Au fil de la discussion, il comprit que Thaly était à ses côtés et s'étonna : "mais... mais elle n'est pas partie ?" Comme Meg lui disait en riant : "hé, mais non, c'est jeudi qu'elle part" il s'exclama : "mais non c'était aujourd'hui." Oh la tête de Thaly ! Il lui avait imprimé le billet et lui avait donné en disant "tu pars mardi... euh non... non, tu pars jeudi". Thaly l'avait remercié, avait regardé l'heure de départ mais pas la date et l'avait rangé dans son portefeuille. Un gag pas drôle. Totalement désorientée, ma belle m'appela et c'est finalement David et Carole, à qui je fis appel, qui se chargèrent de lui réserver en urgence un billet pour jeudi. Que de stress pour ma douce petite femme qui eut toutefois le bonheur de voir Corinne le mercredi aprème. A peine rentrée de Bretagne, celle-ci vint faire un coucou à sa petite soeur.

Le jeudi, Thaly prenait l'avion pour me retrouver. Elle n'aura finalement pas revu ses parents. La veille elle eut un coup de fil de sa mère. "T'aurais quand même pu venir !" Et Thaly de rétorquer : "et comment veux-tu que je vienne ? Avec quelle voiture ?" Incontestablement, elles n'avaient pas été sur la même longueur d'ondes ; on va dire ça comme ça. A l'aéroport d'Entzheim, je l'ai serrée tout fort dans mes bras. Que c'était bon de la retrouver ! Et ma belle de me dire : "jamais plus je ne partirai sans toi."

Posté par daddyrock à 18:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


31 mars 2019

Le Racing ramène la Coupe de la Ligue à la maison

Le Racing Club de Strasbourg a remporté la finale de la Coupe de la Ligue 2019 en battant Guingaump aux tirs aux buts après un match insipide (0-0). Cette victoire lui ouvre les portes de la Ligue Europa la saison prochaine. Oui le Racing va retrouver le parfum des soirées européennes. C'est la cerise sur le gâteau.

1

On en rêvait, le Racing l'a fait ! Sur la pelouse pourrie de Lille, devant 49000 spectateurs dont 25000 alsaciens, nos Bleus ont fait un match sérieux tout en étant crispés par l'enjeu. C'était prudence d'abord et comme Guingamp jouait de la même manière, ce fut un match terne. On s'en foutait, l'essentiel étant la victoire finale. A la fin du temps réglementaire le score était de 0 à 0. Il y eut donc les prolongations qui n'amenèrent rien de plus. Au bout de ces trente minutes supplémentaires, le score demeurant nul et vierge, eut lieu la séance de tirs aux buts. Apparemment les bretons avaient pleine confiance en leur gardien, Caillard, qui avait arrêté maints penalties lors des tours de qualfication précédents. C'était compter sans la précision de nos tireurs (Prcic, Thomasson Lienard et Carole) et Kamara, notre cerbère, qui arrêta un tir.

3b

Kamara, c'était l'énigme. Ce jeune gardien de 22 ans capable d'arrêts-réflexe étonnants mais aussi de bourdes, n'est pas titulaire en championnat où Matz Sels, plus expérimenté, garde nos cages. Pour le parcours en Coupe de la Ligue, l'entraîneur l'avait titularisé afin qu'il ait aussi du temps de jeu. Pour parvenir à cette finale du 30 mars, le Racing a réalisé plusieurs exploits. Il a d'abord éliminé Lille (2ème du championnat) avant de se qualifier aux tirs aux buts à Marseille grâce notamment à Kamara. Il fallut ensuite aller à Lyon. Mission impossible. Eh bien non, nos Bleus l'emportèrent là-bas 2-1. Restait à sortir Bordeaux à la Meinau, dans notre fief et ce fut fait. A chaque fois Kamara aura brillé. Pourtant, avec cette finale en vue, maints supporters émirent le souhait de voir Sels dans les buts. C'est qu'il y avait l'Europe en point de mire et je dois avouer que je préfère aussi Sels. Mais faut bien l'admettre, c'eut été dégueulasse de renier le jeune Kamara qui avait fait toute la campagne "coupe de la Ligue" et Thierry Laurey l'a maintenu dans les buts. Il n'eut pas à la regretter.

0b

Face à la tribune où s'étaient massés un nombre incroyable de supporters strasbourgeois, le premier tireur breton envoya le ballon au-dessus de la barre. Nos joueurs marquèrent à chaque fois, Lienard s'offrant même le luxe de faire une Panenka. Il avait annoncé à deux de ses coéquipiers que s'il avait un penalty à tirer, il tenterait ça. Ils l'ont traité de fou et Thierry Laurey, après le match, a déclaré : "s'il l'avait ratée (sa panenka) je l'aurais tué." Moi je dis bravo. Lienard c'est mon chouchou avec Jonas Martin. Il a été gonflé et il a eu raison car il est talentueux. Ensuite l'arrêt de Kamara sur le troisième tir guigampais fut déterminant. Il ne restait plus à Lionel Carole qu'à réussir son tir. Il mit un pétard à ras de terre dans le petit filet que Caillard, parti du bon côté, ne put stopper. 4 tirs aux buts à 1... Le Racing pouvait savourer sa victoire !

0

2b

4

Rétrogradé en CFA2 en 2011 par la faute des incompétents dirigeants d'alors qui laissèrent une ardoise de quatre millions et demi d'euros, le club est courageusement revenu jusqu'en Ligue 1 et le voici aux portes de l'Europe, porté par un président sérieux : Marc Keller. Il convient de rendre hommage à cet homme du cru qui porta le maillot du Racing et même celui de l'équipe de France. Sa gestion est saine et de lui aux joueurs en passant par le staff technique, tout tourne aussi rond que le ballon. Avec ce remarquable Racing, on va décidément d'aventure en aventure.

0k

Posté par daddyrock à 14:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2019

David fête ses 39 ans

Comme s'il avait voulu fêter l'évènement, le soleil était rentré de vacances en ce samedi 16 mars, date d'anniversaire de David. Après une semaine de pluies incessantes et de violentes bourrasques, ça donnait le sourire. A peine étions-nous arrivés que Yoann nous faisait quelques tours de magie. C'est en novembre dernier, pour son anniversaire, qu'on lui avait offert le coffret de magicien et il nous montrait enfin les tours de passe-passe qu'il maîtrise. Subjugués par ses petits exploits, on écarquillait de grands yeux étonnés et ça le faisait rire. Maxou a ensuite joué avec une toupie avec Thaly tandis que Carole me causait de son boulot. En attendant d'ouvrir sa propre entreprise de pâtisserie-chocolaterie, elle bosse encore à la Poste mais elle en a ras la casquette de sa cheftaine, une connasse puissance 10 qui instaure subrepticement sa dictature. A croire que c'est devenu à la mode dans ce pays où tout part en couilles.

10

21

Mais j'en reviens à Maxou. Lui c'est le petit maniaque. Quand il a ramené les assiettes pour le dessert, il fallait qu'elles soient parfaitement disposées sur la table. Ca m'a fait penser aux jours où je les fais manger, lui et son frère, pendant que ses parents bossent. S'il renverse quelque chose sur son polo, il ne peut plus manger tant ça le tracasse. J'ai beau essuyer avec des lingettes, lui dire que la tache est partie, faut qu'il se change. Même chose s'il y a une tache sur la table, faut l'essuyer de suite. On lui a alors demandé s'il avait aimé sa visite au musée la veille avec l'école. Il a dit oui, n'a rien ajouté. La réponse avait claqué de suite et Carole s'est marrée, nous confiant qu'elle-même n'a pas réussi à en savoir plus. Les enfants sont souvent comme ça.

0

Carole avait concocté un bon petit repas : kassler, pommes duchesse et diverses salades. Et comme DD avait réussi à choper sur son ordi le match Nîmes-Racing, tout était parfait. Bien évidemment ce coquin de Zizou est venu se coucher sur la table à côté de moi. Il sait que je lui donne toujours un ou deux morceaux de viande. Aussi était-il à l'affut, concentré sur mon assiette. Le dessert fut royal : deux tiramisus. David en rêvait, Carole l'a fait. S'il y en avait un classique, ma fille avait inséré des morceaux de fraises dans le second. Avant de les amener, elle avait déjà posé sur la table un plateau de macarons faits maison et Maxime s'en est tapé un direct, le mettant en entier en bouche. J'ai goûté aussi : excellent ! Thaly a beaucoup tchatché avec Carole tandis que je savourais le dessert et que DD reprenait une seconde part. Et comme on lui disait "hé, 40 ans l'an prochain" David répondit : "moi l'âge, ça n' me fait pas peur." 

16

Posté par daddyrock à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2019

Refaire le monde avec René

Quand la sonnerie de mon portable a retenti, j'ai vu que c'était René qui appelait. "Est-ce que je peux passer demain soir ?" m'a-t-il demandé. Evidemment qu'il pouvait passer ! René, c'est un ami de longue date. J'ai calculé, ça fait 36 ans qu'on se connait. "Je viens juste boire un coup" a-t-il ajouté. Je lui ai dit qu'il mangerait avec nous et il m'a confié qu'il mangeait peu le soir, juste un Royco minute soupe et un danone. Quand il est arrivé, ce vendredi à 19 heures, on en a su plus. Il a des problèmes d'estomac ou d'intestin, il ne sait pas trop et ne peut plus manger beaucoup. Il a pris rendez-vous chez un spécialiste. Ca ne l'a pas empêché de se marrer avec nous car, dès l'apéro, on a refait le monde, on a tout mis à notre sauce en délirant joyeusement. On a causé des copains, nous remémorant les soirées les plus folles avec Rotkrut (mon autre grand ami) ou René Richert qu'on appelait le ninja blanc et qui, hélas, est parti bien trop jeune. On a également évoqué les gilets jaunes, le foot, le Racing en particulier, nos enfants et le boulot. René ne sait pas encore quand il prendra sa retraite. Comparé à moi c'est un p'tit jeune. 

0a

Thaly avait fait une pizza qu'elle avait copieusement garnie et il en a mangé un quartier avec un peu de salade Alaska dont raffole ma femme et qu'elle a généreusement partagée avec lui. Après de nombreux fous rires, il est parti peu avant minuit sur son sccoter, content qu'il ne pleuve pas, content aussi (comme nous) d'avoir passé une bonne soirée.

Posté par daddyrock à 17:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 mars 2019

Un anniversaire entre quatre murs clairs

En arrivant, ma mère a écarquillé de grands yeux étonnés. Oui l'appart' de Carole et David a bien changé. Les murs sont clairs, ça agrandit le salon. La nana de l'agence leur a en effet conseillé d'éclaircir leurs murs noirs ou mauves pour avoir davantage de chance de vendre leur bien vu qu'ils vont déménager mi-avril. David et Carole ont donc profité du week-end où nous avions Yoann et Maxou pour repeindre les murs. Le salon et le couloir y sont passés. Et ma fille de dire, pince-sans-rire : "j'ai l'impression d'être en psychiatrie avec ces murs blancs".

1

Nous sommes donc venus en psychiatrie en ce soir du 1er mars où Carole fêtait son 35è anniversaire. Il faisait frisquet contrairement aux précédentes journées où le thermomètre avait flirté avec les vingt degrés, rendant la fin février bien agréable. Le petit Maxime était déchaîné, jouant à cache-cache avec nous ou courant comme un fou avant d'être attrapé par son père qui, d'abord, avait fait mine de ne pouvoir le rattraper. Et quand DD l'a soulevé jusqu'au plafond, il est parti dans un fou rire marquant son excitation. Il a aussi beaucoup tchatché alors que Yoyo était plus discret, se tapant les roulés de jambon au tartare dont il est aussi friand que moi.

2

Ayant une bonne crève, ma maman était relativement calme. Elle confia qu'elle était restée allongée toute l'aprème. Elle remarqua tout de même que DD n'était pas rasé. Se laisserait-il pousser la barbe ? Il n'eut pas le temps de répondre que déjà je confiais que moi aussi ça me saoulait de me raser. Après le repas, la grande question était : qu'a concocté Carole comme bon dessert ? Ce coup ci elle avait fait un fraisier. J'en ai mangé deux parts tellement c'était bon. Ca m'a rendu heureux comme Lorie quand elle redonne espoir à sa meilleure amie. Faut dire que je ne peux m'empêcher de faire le gourmand quand il s'agit de goûter aux délices réalisés par ma fille. Elle est douée ; y a du level comme disaient ses jeunes camarades de galère alors en pleine préparation de leur examen de pâtissier. Je suis si fier d'elle. Pas seulement pour ça mais aussi parce qu'elle est restée gentille, serviable, naturelle et d'humeur primesautière. 

3

Posté par daddyrock à 17:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 février 2019

Un beau week-end sous le souffle du vent

Les jours ont coulé tranquilou depuis le passage à l'année 2019. La routine, la vie sans secousses et en ce dernier week-end de février, les petits enfants sont venus nous sortir du train-train quotidien. Comme c'était les vacances scolaires, on a pris Maxou et Yoann chez nous pendant trois jours. Si Yoyo joue à la Ds ou cherche des jeux sur Internet, Maxime, lui, aime jouer avec ses voitures. Il en a beaucoup et je me suis assis avec lui pour faire circuler tous ces engins sur le toboggan que Carole avait pris soin de mettre avec dans le sac. D'ailleurs en arrivant j'étais chargé comme une mule avec tous les sacs, comme si les petits partaient en vacances pour une semaine.

3

Comme il faisait beau, je les ai emmenés au Bois romain à Eckbolsheim. C'est un charmant parc ceint de nombreux arbres où les enfants peuvent s'ébattre en toute liberté et glisser sur des toboggans de différentes tailles. Il y a pas mal d'autres installations plantées dans la verdure et, de toute façon, j'avais aussi amené un ballon dans lequel Yoyo shootait souvent avec énergie et détermination. Le ciel était bleu, il faisait beau mais un vent frais soufflait avec malice, nous cinglant parfois les joues. Dommage. Du coup fallait bien fermer nos vestes pour se protéger la gorge.

1

0

4

Quand leurs parents sont venus les récupérer dimanche aux alentours de 17 h, Yoann et Maxou furent un peu tristes de nous quitter. C'est que chez nous, comme chez tout papy et mamie, ils ont la belle vie. On fait tout pour qu'ils se sentent bien et qu'ils soient heureux en notre compagnie. En revanche, j'avais demandé à Carole une autre veilleuse que la boule faisant discothèque avec musique et ronds lumineux se projetant au plafond. Elle m'avait donc donné un croissant de lune jaune faisant de la lumière. Quand l'heure d'aller au lit sonna, je l'ai posé sur la table de chevet et j'ai dit : "je pose la banane là". Les petits ont éclaté de rire avant de rétorquer : "mais Papy c'est pas une banane, c'est une lune !" Thaly et moi avons ri de bon coeur avec eux et ce ne fut pas la seule crise de rire d'un week-end ô combien plaisant qui s'écoula tout en douceur et dans la bonne humeur.

Posté par daddyrock à 13:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]