Ils l'ont fait ! Les joueurs de l'équipe de France sont devenus champions du monde de football en ce dimanche 15 juillet 2018. Ce ne fut pas la plus belle des finales et pourtant il y eut six buts puisque les Bleus l'ont emporté 4-2 face aux Croates. Ce fut une belle coupe du monde dans cette lointaine Russie où l'organisation aura été parfaite.

0b

Plutôt que d'évoquer cette finale, je veux m'attarder sur certaines choses qui m'ont marqué durant ce mois de compétition. Il y eut d'abord le formidable match Espagne-Portugal (3-3) puis l'assistance vidéo qui aura servi à maintes reprises. Il y eut également les incessantes roulades de Neymar qui ont fini par agacer tout le monde. Ce type narcissique est ainsi devenu la risée du monde entier et c'est bien fait pour sa poire. Autant je l'admirais en 2014, autant il m'exaspère à présent. La compétition aura aussi marqué la fin du football de possession avec l'élimination précoce de l'Espagne et de l'Allemagne.

0

Je ne peux passer sous silence le magnifique France-Argentine (4-3) avec notamment la superbe reprise de volée de Pavard. Ce match parfait des Bleus aura été une sorte de déclic pour la bande à Griezmann. Je retiendrai également la mauvaise foi de certains joueurs belges après leur défaite en demi-finale face à nos Bleus. Eden Hazard s'est montré aigri, ce qui peut se comprendre mais c'est surtout Courtois, le gardien des diables rouges, qui s'est montré mauvais perdant. Ses déclarations d'après-match et même d'après la finale ont frisé la connerie totale. Je pense que ce gars n'est pas très fûté. J'ai enfin apprécié la bonne humeur permanente de Kolinda Grabar-Kitarović, la présidente croate. Vêtue du maillot à damier rouge et blanc de son pays, elle a assisté à tous les matchs de la Croatie. Elle a payé ses billets d'avions en classe économique, voyageant avec les supporters. C'est pas notre président des riches qui aurait fait ça. Et quand la finale fut terminée, elle a félicité tous les joueurs croates en leur donnant l'accolade. 

1

303

A cet instant, une pluie battante tombait sur le terrain, si bien que Deschamps, qui attendait sagement de recevoir sa médaille, se retrouva totalement trempé. Deschamps, tiens, parlons-en. Comme je suis content pour lui ! Ce gars là a tellement été critiqué par des journalistes soi disant experts. Il a d'abord réglé, voici quelques années déjà, l'affaire Benzema avant d'assumer sa liste des 23 joueurs. Il a eu droit au sempiternel refrain "pourquoi il a pris celui-ci et pas celui-là ?" mais il a formé son groupe comme il l'entendait, s'appliquant à ce qu'il règne une ambiance sereine tout au long de la compétition. Ensuite il s'est fait allumer après le premier match contre l'Australie mais il a laissé la presse aboyer. Bien sûr, le jeu produit par les Bleus n'a pas toujours été flamboyant mais il s'appuyait sur une défense solide, un collectif soudé où l'un se battait pour l'autre et un Mbappé impressionnant de rapidité. L'objectif est atteint, la France est championne du monde et plus personne ne pourra s'acharner sur un Didier Deschamps devenu intouchable. Et c'est tant mieux. C'est quand même le gars qui aura été champion du monde à la fois comme joueur et comme sélectionneur. Et ce n'est peut-être pas fini.

2  2b

304