A l'école de Lingolsheim où vont Yoann et Maxou, le directeur a décidé que les fêtes de fin d'année scolaire se feraient en alternance : une année le primaire, l'autre année la maternelle. Donc, comme l'an dernier l'école primaire avait eu droit à sa kermesse, c'était au tour de la maternelle de proposer sa fête en ce vendredi 29 juin. C'est sous une chaleur lourde que nous sommes donc allés voir Maxou. Sa classe est passée en troisième position et le petit Maxime a fait une danse avec ses camarades. Quand on l'a vu arriver avec ses copains de classe, on lui a fait de grands signes mais il était concentré afin d'exécuter au mieux sa ronde. Et Thaly d'applaudir en criant avant de clamer en constatant notre mine étonnée : "ben quoi, faut les encourager, ces petits".

1  2 

Maxou est ensuite revenu avec  les élèves de toutes les classes afin de récolter les bravos des parents. Là, il a nous repérés et a libéré un grand sourire. C'est qu'on était tous là : Carole, David, Thaly, mon ex (également mamie des petits) et moi. On l'a ensuite récupéré puis on est allés chercher Yoyo qui rentrait d'une sortie au Fleckenstein. De retour dans la cour de la maternelle, Carole a emmené Maxime faire des jeux. Au premier stand c'est finalement Yoann qui a tenté de renverser les boîtes de conserve à l'aide d'une petite balle en caoutchouc. Puis, se disant fatigué, il est rentré à la maison avec son papa.

300

3  4

301

Nous sommes encore un peu restés, le temps que Maxou mange un morceau de cake. Cette année, Carole avait décidé de ne pas faire de gâteau. Dans ce genre de  kermesse tu te retrouves à payer un euro une part du gâteau que tu as fait toi-même. C'est le jeu, c'est l'école. Quand nous sommes partis, mon ex a cherché son vélo attaché au grillage de la cour. En voyant ça, Thaly lui a demandé si elle pouvait l'essayer. "Ca fait si longtemps que je n'ai pas fait de vélo" expliqua-t-elle. 

5  6

Et la voila partie, d'abord hésitante puis roulant à fond. Elle va jusqu'au bout de la rue, revient, passe devant nous toute fière et s'en va dans l'autre sens. Quand elle revient à notre hauteur, elle lève carrément une jambe pour la tendre vers l'avant. On la sent déchaînée et sûre d'elle. Trop peut-être puisqu'elle heurte malencontreusement le trottoir avec la roue avant et perd l'équilibre. Tout se passe alors très vite. Elle tente de redresser la bicyclette et, l'espace d'une seconde, on pense qu'elle va y arriver mais... non, elle finit par tomber. En arrière, sur les fesses. Et sa tête heurte le macadam. Deux ou trois personnes sont arrivées en même temps que nous pour l'aider à se relever. Elle nous assura que ça allait. Je devais être blanc comme un drap... La trouille qu'elle m'a foutu ! Mon ex-femme a ensuite inspecté son vélo. Inventaire des dégâts : une vis éjectée à l'arrière et la lampe à l'avant brinquebalante. Diagnostic de la kamikaze : une bosse à l'arrière du crâne, un coude sérieusement éraflé et une douleur tenace dans le bas du dos. Si cette kermesse devait nous apporter de l'émotion, celle que Thaly m'a procuré fut en revanche moins drôle.  

303