La terrasse et la pelouse étaient déjà pleines de monde quand nous arrivâmes chez Bertrand et Patricia. Thaly et moi fûmes heureux de retrouver Kevyn et Megan. Manon, la belle chérie de Kevyn, était également présente et ce fut un plaisir de la rencontrer enfin. Bertrand rameuta soudain les troupes ; fallait aller à la mairie d'Avensan. Là-bas, le parking contient suffisamment de places pour stationner. Arrivant sur le palier de la mairie, Bertrand me remarqua et dit à sa maman qu'il tenait par le bras : "tu vois, lui, il tient une brasserie-choucrouterie à Strasbourg". Toujours le mot pour rire, ce cher Bert ! Il n'y avait pas assez de chaises à l'intérieur de l'office et certaines personnes durent rester debout. A son tour, Patricia entra au bras de son papounet et rejoignit Bertrand, lequel se lança dans une longue conversation avec le maire de Moulis venu en ami et l'adjoint au maire d'Avensan qui allait célébrer le mariage. Il y eut des boutades et des éclats de rire entre ces trois amis. Bertrand connait décidément beaucoup de monde. Vêtue d'une robe rose courte à l'avant et longue derrière, la mariée paraissait toute timide. L'adjoint au maire dit enfin de son accent chantant : "bon, si ça n' vous emmerde pas trop, on va commencer". Jamais je n'avais vu ça lors d'un mariage ! Il y eut donc les textes de loi, le "oui" joyeux des époux, l'échange des alliances puis, au moment de signer, Betrand regarda malicieusement sa femme et lança : "je signe mais c'est la dernière fois". Il y eut le bisou de circonstance et quand les époux sortirent de la mairie, Eric et d'autres personnes, munis de tubes à bulles, s'appliquèrent à faire de jolies bulles colorées. La mariée était toute belle avec ses yeux pétillant de joie et quelques mèches rebelles dansant sur son front.

12

20b

29  34

43  44

44b  45

Le convoi d'anges heureux prit ensuite la direction du château Maucaillou afin d'y faire des photos dans le joli parc. Bruno, le photographe, peina à rassembler tout le monde pour une gigantesque photo de groupe avant d'amener les mariés à poser sur le perron du château ou devant une fontaine. Il y avait aussi cette statue de taureau qui trônait au milieu du parc et Bertrand monta dessus pour aussitôt crier au photographe : "dépèche-toi, c'est chaud, j'ai les couilles qui brûlent".

0b

0

2  3

1

46  47

Patricia et lui avaient tenu à faire les choses bien. Aussi avaient-ils loué la toute nouvelle salle des fêtes d'Avensan et fait appel à un traiteur, lequel servit l'apéro en extérieur. Thaly, Corinne, Megges et moi burent plusieurs verres d'un punch qui n'était pas violent. Une dame passait souvent parmi les invités avec maints toasts et verrines variés. Il faisait bon en ce début de soirée et au bout de deux heures, tout le monde passa à table pour déguster l'entrée, à savoir un tartare de Saint-Jacques à la crème de pois parfumés à la menthe. Mais avant cela, le DJ tendit le micro à Bertrand pour un speech et, étonnamment, le nouveu marié parut embarrassé. Il se lança finalement dans un bref discours en ayant surtout une pensée pour son papa adoré parti au royaume des cieux un mois plus tôt. 

6

4  3b

7  8

En attendant le plat principal (de la noix d'entrecôte avec une sauce aux cèpes) le DJ diffusa des morceaux rythmés et Corinne, Eric et Lisa s'empressèrent de rejoindre les autres danseurs sur la piste. Thaly et moi décidâmes d'aller aussi remuer du popotin. Déchaînée et souriante, Corinne virevoltait, faisant tournoyer sa jolie robe vintage. Il y eut ensuite le jeu des chaises où les participants doivent courir pour récupérer auprès de l'assemblée soit une chemise soit une chaussure. C'est Bertrand qui choisit les participants et parmi eux figuraient Kevyn et Corinne. Ceux-ci se donnèrent à fond mais furent hélas éliminés peu avant la finale.  

144  4b

L'ambiance était excellente et c'était beaucoup dû à la bande d'amis de Patricia et Bertrand. Je ressentis combien cette clique était soudée, complice et apte à faire la fête, notamment lorsqu'à la diffusion de "Last night", tous se mirent en ligne pour danser le madison en exécutant à la perfection les mêmes mouvements. Mais avant cela il y avait eu la chanson de Patrick Sébastien, "Tourner les serviettes" et chacun avait fait tourner au-dessus de sa tête sa serviette aux couleurs de la robe de la mariée. Et ça chantait, et ça riait ! Et Bertrand, au milieu de la salle dansait comme un possédé en agitant sa serviette. Il y eut aussi ce rock excitant dansé par Régine et Didier Eyquem sur un bon vieux truc de Jive Bunny. Le DJ passa ensuite une chanson "dance" très entraînante qui fut un peu le fil rouge de la soirée puisqu'elle fut rediffusée au moment du dessert. Et là, ce fut le show d'un Bertrand déchaîné, dansant avec Patricia devant les gâteaux ou faisant mine de lécher le couteau.  

5

167

200  201

Vint alors un jeu où certains hommes, dont Eric, durent danser un french cancan topless et en jupette, coiffés de perruques. Un moment mémorable, Eric ayant même un boa noué autour du cou. Et la danse reprit de plus belle avec entre autres "Dragosta din tei" ou "Partenaire particulier". Il était deux heures du matin. Thaly me demanda de venir avec elle prendre l'air. Une minute plus tard ses parents, désirant rentrer, vinrent nous dire "au revoir" et c'est à cet instant là que, soudain, ma belle se mit à pousser une kyrielle de cris effrayants. Ca faisait quelque chose comme "ah ah ah ah" et, l'espace d'une seconde je crus qu'elle déconnait. Mais je me rendis vite compte que quelque chose n'allait pas. Je la pris par la taille, demandant ce qui se passait mais elle ne me répondit pas. Elle tomba en arrière et, aidé par un invité qui avait été alerté par ses cris, je la retins afin que sa tête ne heurte pas le sol. La soirée basculait d'un seul coup dans le tragique.

A suivre...